Nuit du Cine-Tango à Saint Just le Martel

Ánima Buenos AiresDu 6 mars à 18h45 au 7 mars à 3 heures du matin.
LE TANGO DANS TOUS SES ETATS
Organisée dans le cadre de l’exposition « Figures de tango », qui s’achèvera le 13 mars, cette nuit du Ciné-Tango dans la grande tradition des ciné-clubs constitue l’ultime animation organisée autour de l’univers graphique des illustrateurs argentins Hermenegildo Sabat, le caricaturiste du quotidien populaire Clarin, et José Muñoz, auteur de la biographie de Carlos Gardel en bande dessinée.
La sélection des films proposés a obéi à la double volonté de présenter le meilleur du tango et de son histoire et de faire découvrir son interprétation cinématographique tant dans la fiction que le documentaire ou l’image animée pour rester, dans ce dernier cas, au plus près de l’activité du centre International de la Caricature et du Dessin de Presse.

LA SOIREE DEBUTERA avec un moyen métrage du jeune réalisateur d’origine limougeaude Samuel Ab. Son film, « Tango »  (France, 2012) est une introduction à la culture tanguera au fil de la découverte de Buenos Aires par l’auteur. Pour être assez ingénu, son regard n’en est pas moins pertinent. La présence de Samuel Ab à notre soirée est encore sous réserve.

NOUS POURSUIVRONS avec un grand film d’animation, « Ánima Buenos Aires » (Argentine, 2012) de María Verónica Ramírez, qui emprunte à l’univers de plusieurs illustrateurs humoristes très connus à Buenos Aires (Caloi, Nine, Faivre Hms, P.R. Jauregui) et qui nous promène avec drôlerie et poésie dans la « ciudad de la furia ». La bande originale du film fait notamment appel à un grand nom du tango, le bandonéoniste Rodolfo Mederos et au compositeur Gustavo Mozzi, qui source sa musique aux traditions des deux rives de La Plata, Argentine et Uruguay.
La réalisatrice sera parmi nous pour présenter elle-même son film, inédit en France, hymne tendre et ironique à Buenos Aires et à ses habitants. Bande annonce 

LA FICTION sera également présente avec « Tangos, l'Exil de Gardel » (Argentine, 1985), de Fernando Solanas. Un groupe d'exilés argentins ayant fui la dictature à Paris décide de raconter l'histoire de son déracinement en montant une tanguedia, un spectacle musical sur le tango. Le film rassemble un brillant casting franco-argentin (Marie Laforêt, Miguel Ángel Solá, Philippe Léotard, Georges Wilson, Marina Vlady...) et fut multi-primé à sa sortie. Astor Piazzolla reçut notamment le César de la meilleure musique pour sa BO. Le scénario, foisonnant, questionne à la fois l’histoire argentine, les ressorts de la création, le déracinement infligé par la sanglante dictature de Videla et sa clique. Il porte la désespérance des émigrés et un hymne à l’avenir, à la jeunesse. Baroque, parfois foutraque, shakespearien aussi, il convoque de grands fantômes, Gardel, San Martin, le père de la nation argentine… et nous permet de revoir l’orchestre d’Osvaldo Pugliese, le couple de danseurs Gloria et Eduardo. Du Solanas pur jus, profondément politique, profondément onirique.

LA DANSE prendra le relais avec la projection du ballet de tango-contemporain de la compagnie No Bailaras, « Sin pecado concebido » (Argentine 2012). La chorégraphe Silvana Grill développe une ligne où le respect de la danse sociale affirmé dans les toutes premières créations de la compagnie ne se perd pas en tradition confite mais se redistribue au contraire dans une esthétique moderne et pleine d’originalité. Bande annonce

LA MUSIQUE sera ensuite en majesté dans le « Café de los maestros » (Argentine, USA, Brésil, 2008) de Miguel Kohan. Ce docu-fiction, magnifique déclinaison tanguera à la manière du Buena Vista Social Club offert par Wim Wenders à la musique cubaine a été réalisé sous la direction artistique et musicale de Gustavo Santaolalla et Gustavo Mozzi. Les vieux maîtres de la musique de tango nous racontent l’âge d’or et nous montrent en même temps qu’ils n’ont rien perdu de leur talent et de leur passion Bande annonce

ET GARDEL ALORS ? La nuit sera bien avancée lorsque nous serons prêts de nous séparer… mais pas sans avoir écouté la voix du « Zorzal criollo » (le rossignol créole) dans « Tango Bar »  (USA, 1935) de John Reinhardt. Rosita Moreno, Enrique de Rosas… partagent l’affiche avec le chanteur emblématique du tango, sa plus pure incarnation. « Tango bar » est sans aucun doute une des productions les plus abouties de « Carlitos » Gardel au cinéma…

LE PROGRAMME

18h45 : ouverture, accueil et présentation de « Tango » (26 min.)
19h25 : présentation de « Anima Buenos Aires » (1h35) par sa réalisatrice, Maria Veronica Ramirez.
21h10 : « Tango l’exil de Gardel » (1h59)
23h10 : Entracte, restauration légère sur place
23h30 : « No bailaras » (1h.)
0h30 : « Café de los maestros » (1h30)
2h : « Tango bar » (60 min.)

Le Cabaret de la Grande Guerre

Le Cabaret 2014 800

Le Salon International de la Caricature, du Dessin de Presse et d’Humour de Saint-Just-le-Martel vous propose un spectacle de théâtre, en partenariat avec le théâtre de l’Union de Limoges et le centre Dramatique national du Limousin

Dans le cadre de l’exposition «Dessins pour de tragiques destins: 1914- 1918 » présentée depuis le 12 novembre 2013 et jusqu’au 28 février 2014

Lire la suite : Le Cabaret de la Grande Guerre